9 minutes de lecture
Christophe Asselin - juin 18, 2020

La crise Covid a démontré l'engouement des Français pour les réseaux sociaux et l’importance de leur écoute

55% des Français auraient eu du mal à vivre le confinement sans les réseaux sociaux (Institut CSA). La crise Covid, et le confinement, ont révélé une explosion de l’usage des médias sociaux chez de nombreux groupes de la population française. Dans le cadre de notre  nouvelle étude  “Covid-19 et Monde d'après | Tendances de communication des marques : retour à l’anormal ?” qui scrute la communication des marques sur les médias sociaux, nous avons fait un point sur ce développement de l’usage des plateformes sociales en France et dans le monde. 

 

 

I. Les chiffres de l’engouement pour les réseaux sociaux

Dans les dernières phases du confinement, les consommateurs français ont déclaré à 40 % naviguer davantage sur le web (Kantar). L'engagement sur les médias sociaux progresse aussi fortement : Il augmente mondialement de 61 % par rapport aux taux d’utilisation observés habituellement et de 32 % pour les français.

 

40% des internautes français déclarent avoir créé un compte  pour un réseau social ou une application de messagerie instantanée (Social Life 2020 Harris Interactive) pendant le confinement.

 

En France, l'utilisation des médias sociaux et des applications de messagerie a en effet “explosé” durant le confinement : 

Si Facebook reste le réseau social le plus utilisé en France (61% des utilisateurs actifs sur au moins une plateforme sociale durant les 30 derniers jours ), la hausse d’utilisation pour l'ensemble des français concerne d’abord WhatsApp (+19 points avec 52% des utilisateurs actifs contre 33% en 2019), YouTube (+10 points avec 44% contre 34% en 2019), Skype (+ 9 points avec 29% contre 20%) et Instagram (+8 points avec 34% contre 26%).

 

Le confinement a particulièrement bénéficié à l'utilisation de WhatsApp, YouTube, Skype et Instagram d'après l'étude Social Life 2020 de Harris Interactive, avec l'EBG.

Le confinement a particulièrement bénéficié à l'utilisation de WhatsApp, YouTube, Skype et Instagram d'après l'étude Social Life 2020 de Harris Interactive, avec l'EBG. Source ici

 

 

 

Chez la génération Z (15-24 ans), le top des plateformes sociales et messageries les plus utilisées est différent : les médias sociaux préférés sont YouTube (71 % des utilisateurs actifs de 15-24 ans sur au moins une plateforme sociale durant les 30 derniers jours), Snapchat (70% ) et Instagram (69%).

Mais les plus fortes hausses d'utilisation pendant le confinement placent en tête TikTok (+27 points par rapport à 2019 avec 35%), WhatsApp (+18 points avec 63%) et Discord (+9 points avec 24%).

 

Chez les 15-24 ans français, le confinement bénéficie à TikTok, WhatsApp et Discord. Social Life 2020 de Harris Interactive, avec l'EBG.Chez les 15-24 ans français, le confinement bénéficie à TikTok, WhatsApp et Discord. Social Life 2020 de Harris Interactive, avec l'EBG. Source ici

 

 

Dans le monde, c’est aussi WhatsApp qui enregistre la plus forte hausse d'utilisation parmi l’ensemble de tous les réseaux sociaux : plus 40% en moyenne dans les différentes phases de la pandémie. L'utilisation globale de Facebook a progressé, elle, de 37 %.

Sur Instagram, la popularité des sujets durant le confinement a fortement évolué. Une étude de HypeAuditor (c.) a remarqué une augmentation de 122% de la croissance moyenne des abonnés quotidiens des comptes des influenceurs en mars et avril. Elle a identifié les sujets qui ont connu   une croissance explosive. En France, c’est la gym (+266%), le yoga (+230%), le fitness (+65%), la peinture (+57%) ainsi que l’information et la politique (+53%).

creationcomptes-1

 

 

Twitter, fortement utilisé pour découvrir l’actualité et les conversations autour de COVID-19 a vu également son nombre d'utilisateurs actifs quotidiens monétisables augmenter fortement : +23% en seulement quelques jours  en mars (d.), pour atteindre 164 millions.

 

Les besoins de distraction et les "challenges" favorisent d’autres plateformes social media : TikTok a également connu des pics de téléchargement et de vues (+27% de téléchargements au cours des 23 premiers jours de mars) tout comme Twitch (+31% d'audience en mars) (e.).

 

tiktok-1

 

Il faut aussi parler de Houseparty : l'application de chat vidéo populaire acquise par l’éditeur de Fortnite, Epic Games en 2019, a connu une croissance massive en raison de la pandémie de COVID-19. L’application a enregistré 50 millions d'inscriptions en mars, un chiffre environ 70 fois supérieur à la normale sur certains marchés (f.).  Enfin en Chine, les applications stars comme Wechat et Sina Weibo ont  connu une augmentation de 58 %. 

 

 

Nouvelle étude : “Covid-19 et Monde d'après |  Tendances de communication des marques : retour à l’anormal ?”

Téléchargez l'étude “Covid-19 et Monde d'après |  Tendances de communication des marques : retour à l’anormal ?”

 

 

II. Les raisons de l’emballement  sur les médias sociaux en France

 

En France, les familles et amis se sont connectés à Houseparty notamment pour les apéros vidéo à distance. Et pour les autres réseaux sociaux ? L’étude de Linkedin France (g. Etude CSA) nous explique pourquoi les français y sont accrocs dans cette période de crise. Ils se sont massivement réfugiés sur les réseaux sociaux pour garder le contact avec leurs proches, se divertir, s’informer mais aussi favoriser les liens de travail dans le cadre des réseaux professionnels.  Une majorité des français (55 %) auraient tout simplement eu du mal à vivre le confinement sans les consulter et 22 % ne pouvaient même pas l'envisager, surtout chez les 18-24 ans (31 %).

 

Mais cet emballement de l'utilisation des plateformes sociales ne concerne pas que les plus jeunes : Ainsi, une majorité de la population âgée de 50 à 64 ans (54%) fait état d’une utilisation accrue des réseaux sociaux, et c'est 44% pour les 65 ans et plus (g.).

Dans cette période bouleversée, les réseaux sociaux sont en premier lieu utilisés pour garder le lien avec ses amis (53%), prendre des nouvelles de ses proches (50%) ou encore se distraire (52%).

Un tiers des Français (34%) se réunissaient virtuellement avec leurs amis et leur famille, plus d’un quart (27%) ont relayé des informations sur la situation actuelle et 14% se maintenaient en forme en faisant du sport via les réseaux sociaux (g.)

 

55% des Français auraient eu du mal à vivre le confinement sans les réseaux sociaux…

 

 

En outre, pour 77% des 15-24 ans,  les réseaux sociaux ont été utiles pour découvrir de nouvelles activités de loisirs (b.) et pour 81%, sans ces réseaux ou les applications de messagerie, ils seraient probablement beaucoup moins resté en contact avec certains de leurs proches.

 

Pour les réseaux sociaux professionnels de type LinkedIn, 3 utilisations sont apparues comme essentielles :

garder le lien avec ses contacts professionnels (33%) et rester informé sur l’activité de son entreprise ou secteur (25%), trouver des informations concernant la situation spécifique de son métier ou secteur au regard de la crise du Covid-19 (22%) et même communiquer soi-même sur son activité ou celle de son entreprise (7).

 

 

 

III. Le rôle majeur du social media listening en crise

Durant cette période d’utilisation accrue des médias sociaux, de mutations et d’incertitudes pour de nombreux secteurs d’activité pendant le confinement et post-covid, la veille, l’écoute et l’analyse des conversations, sujets et débat sur le web et les médias sociaux (Social Media Listening) révèle toute son importance :

 

typologie-marques

Typologie des prises de parole des marques en confinement+post-confinement (Etude “Covid-19 et Monde d'après |  Tendances de communication des marques : retour à l’anormal ?”)

 

  • et d’autre part,  elle permet de scruter les préoccupations, styles de vie, changements de comportements,  attentes et nouveaux besoins des consommateurs envers les marques : davantage de consommation locale, plus de sport, de télétravail, davantage de vélo, de restriction de budget, de recours aux plateformes digitales : autant d'acteurs et  parties prenantes qu’il faudra sonder et analyser via les publications des médias et les messages spontanés en ligne des différents types d’entreprises, prestataires, clients et consommateurs. 

 

Nouvelle étude : “Covid-19 et Monde d'après |  Tendances de communication des marques : retour à l’anormal ?”

New call-to-action

 

 

a. Barometre Covid-19 Kantar  30 pays mars 2020
b. Etude Harris Interactive Social Life 2020 réseaux sociaux & marques. Du 25 au 28 mai 2020, 2043 français agés de 15 ans et plus, administration on-line
c. Etude HypeAuditor sur les sujets Instagram mars-avril 2020
d. Reuters https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-twitter-idUSKBN21A3HY
e. Newsweek https://www.newsweek.com/tiktok-users-soar-viral-videos-coronavirus-covid-19-1494229 
f. Techcrunch   https://techcrunch.com/2020/04/15/houseparty-reports-50m-sign-ups-in-past-month-amid-covid-19-lockdowns/
g.  Etude CSA pour LinkedIn France mars 2020 http://www.leparisien.fr/high-tech/les-reseaux-sociaux-bouffee-d-oxygene-contre-le-confinement-08-04-2020-8296233.php  

Ecrit par Christophe Asselin

Christophe est Evangeliste et Content Specialist @ Digimind. Fan du web depuis Compuserve, Netscape, Altavista, Ecila et les modems 28k, de l'e-réputation depuis 2007, il aime discuter et écrire sur les internets, les marques, les usages et les bonnes pratiques.