11 minutes de lecture
Christophe Asselin - avr. 5, 2022

Comment optimiser votre veille des risques géopolitiques ?

Les bouleversements de l’organisation mondiale, des relations internationales et des interconnexions entre états se sont renforcés depuis 2 ans avec la pandémie puis les événements dramatiques de la guerre en Ukraine. Plus que jamais, de nombreuses entreprises et collectivités ainsi que des institutions doivent opérer une veille des risques géostratégiques et politiques.

La veille des risques géopolitiques est certainement l’un des processus de veille stratégique les plus complets compte tenu de l’étendue des sujets potentiels à surveiller et à analyser. A la croisée des risques géostratégiques, socio-politiques, légaux, réglementaires mais aussi sanitaires et criminels, la surveillance et l’anticipation de ces risques nécessitent des objectifs et axes de veille clairs. Il faudra aussi au préalable avoir une vision précise des risques potentiels auxquels peut être confrontée votre organisation ainsi que des sources à monitorer. 

 

Comment organiser puis perfectionner votre veille sur les risques géopolitiques  ? 

Il faudra d’abord définir les objectifs de votre veille avant de préciser vos requêtes et modes de classification de vos données. Enfin, il conviendra de sélectionner vos sources spécifiques.

 

Retrouvez plus en détail les moyens et conseil pour mener  votre veille des risques géopolitiques dans notre nouveau guide : Optimiser votre veille des risques géopolitiquesNew call-to-action

 

 

I. Les objectifs de votre veille Risques Géopolitiques

1. Quels risques ? 

Au préalable, il faut vous demander quels sont les objectifs précis de votre veille des risques géopolitiques. Le domaine et donc les données potentiellement collectées à analyser puis partager peuvent être importants. 

Il convient d’abord de lister les risques, par exemple  en termes de probabilité de survenance pour vous, votre organisation, ses entités. Et par niveau d’impact potentiel : nul, faible, profond…

Voici quelques types de  risques qui peuvent faire l’objet d’une veille : 

  • conflit interétatique
  • conflits territoriaux
  • guerre civile
  • émeutes
  • contestation des ressources naturelles
  • revendication d'indépendance
  • embargo et sanctions internationales
  • instabilité et échec de la gouvernance
  • élections contestées, coup d’état
  • terrorisme
  • instabilité sociale, manifestations et contestations
  • menaces contre les dirigeants et les employés d’une organisation
  • activisme, mouvements contestataires
  • corruption
  • etc….

tyoplogiedesrisquesmajeursCartographie des risques majeurs  (Source : Digimind)

 

 

2. Quels types de veille ? 

Dans le cadre d’une veille des risques géopolitiques, plusieurs démarches peuvent être menées séparément ou simultanément :

 

  • Une veille prospective, long terme
Elle consiste à surveiller les spécialistes, experts, analystes bancaires, cabinet de conseil et think tanks par pays et secteurs. Objectifs : développer la culture, enjeux et découverte de nouveaux défis, périmètres et risques géopolitiques

 

  • Une veille anticipative, moyen terme
Il s’agit ici d’une veille globale à l’international sur vos pays cibles : toutes prises de parole des dirigeants, gouvernements, et autres personnalités politiques et leaders d'opinion. L’objectif est ici de bénéficier d’une information régulière sur l’évolution des risques par pays cibles.

 

  • Une Veille Risk Management sur les déclencheurs potentiels, court Terme

C’est essentiellement une veille “mots clés”, parfois très simples, sur un large panel de sources internationales, régionales et locales. Exemple de mots clés : "appel à manifestation" OR "appel à manifester" OR "appel à boycotter",  “met en garde", "manifestation prix”. L’objectif est d’être alerté de l’apparition de nouveaux risques.

 

L’idéal est l'intégration, en plus des flux digitaux, d’une remontée terrain de la part de “correspondants” sur place.

 

  • Une veille Alerte sur des risques identifiés, court Terme
Il s’agit de surveiller des risques déjà amorcés, afin de suivre leur évolution et propagation,  sur des entreprises,  filiales, marques, produits, dirigeants, chantiers, projets d'investissement, employés, via une veille mots clés sur des sources locales  web et social media


international-sanctions



II. Les requêtes et classifications de vos données

 

1. Quels types de requêtes ?

La veille des risques géopolitiques n’implique pas forcément de requêtes (mots clés et expressions). Notamment la veille prospective à long terme et la veille anticipative  à moyen terme qui s'appuieront sur la surveillance de sources très spécialisées.

 

La veille sur les déclencheurs et la veille alerte utilisent, elles, davantage les mots clés.

Toutes les requêtes doivent être écrites en anglais et dans la langue du pays cible. 

 

 

Exemples de requêtes :

 

élections, référendum, manifestations,

Appel(s) à : contestation, protestation, Désobéissance civile, blocage

elections, referendum,, ambassador recall,,

Call for/To : demonstrations, protest, Civil disobedience, rebellion

rappel ambassadeur, boycott recall ambassador, boycott

guerre, conflit corruption, attentat, terrorisme, coup d'état, putsch

war, conflict, corruption, attacks, terrorism, coup (d'etat), putsch

guerre civile, émeutes, les [autorités/personnalité] mettent/met en garde

civil war, riots, the [authorities/personality] warn/warns

contestation, revendication de [ressources naturelles, territoires]

contestation, claim of [natural resources, territories]

[région, pays, territoire] déclare son indépendance

[region, country, territory] declares /claims independence

enlèvement,

kidnapping

enlèvement de ressortissants [nationalité]

kidnapping of nationals [nationality]

embargo, blocus

embargo, blockade

sanctions internationales

international sanctions

 

 

 

 

2. Quelle classification de vos données ? 

 

Votre outil de veille va vous permettre de classer et/ou étiqueter (tagguer) les informations recueillies par votre surveillance. La structure de votre plan de classement et/ ou  tags de catégorisation  sera dépendante de la nature de votre organisation, de ses objectifs initiaux, des besoins de vos clients et donc de votre livrable final.



Exemples de catégorisation des données et informations risques géopolitiques

  • Par marché, domaines : aérien, agriculture, énergie
  • Par région, pays, ville
  • Par type de risques  : conflit, contestation, gouvernance
  • Par probabilité : peu probable, possible
  • Par types d’impact : prix, disponibilités, inflation, chômage, migration
  • etc...

 

 

Retrouvez en détail les requêtes et sources dans notre nouveau guide : Optimiser votre veille des risques géopolitiques

Guide : Optimiser votre veille des risques géopolitiques

 

 

 

 

III. Les sources pour votre veille Risques Géopolitiques

Les sources à monitorer pour cette veille doivent être diversifiées. Elles concernent notamment des  :

 

  • Cabinets de conseils
  • Banques et Assurances et Fonds investissements
  • Think Tanks
  • Organisations internationales
  • Sites de presse et actualités internationales
  • Organisations spécialisées risques et analyses pays/marchés
  • Sites de presse et actualités locales
  • Sites de presse économique
  • et financière
  • Agences de presses
  • Institutions locales, Gouvernements et Parlements
  • Ambassades et consulats
  • Organes des Affaires étrangères et diplomatie
  • Partis politiques
  • ONGs
  • Organisations humanitaires

 

Selon vos thèmes de prédilection et pays cibles, il convient d’explorer des sources, notamment dans via des  “metaressources”, c'est-à-dire des sources…de sources.

 


exemples de metaressources

Exemples de métaressources

 

Par ailleurs, il est essentiel de surveiller les publications d'organisations et personnes expertes en géopolitique, sécurité et autres risques à travers leur comptes Twitter par exemple.   

 

Exemples de comptes Twitter d'expertsExemples de comptes Twitter d'experts

 

 

 

 

Découvrez notre boîte à outils pour la gestion de crise sur les réseaux sociaux

New call-to-action

Ecrit par Christophe Asselin

Christophe est "Evangeliste" et Content Specialist @ Digimind. Fan du web depuis Compuserve, Netscape, Yahoo!, Altavista, Ecila et les modems 28k, de l'e-réputation depuis 2007, il aime discuter et écrire sur les internets, les marques, les usages et les bonnes pratiques.