Le PDG de Google, Sundar Pichai était donc en visite à Paris, jeudi dernier.

Une courte visite où le dirigeant a présenté pendant une heure différents projets  et notamment, le partenariat Google avec les médias européens. Pourtant, ce que les médias et les internautes français ont retenu de ce passage éclair, c’est tout autre chose…

Mercredi 24, pour sa 1ère visite en France depuis qu’il a été nommé PDG de Google, Sundar Pichai a donné une conférence à Sciences Po, devant une salle comble.

Les 3 annonces principales du PDG ?

  • Le DNI : le PDG de Google a annoncé les premiers bénéficiaires du fonds “Digital News Initiative” (DNI): une première enveloppe de 27 (sur 150) millions d’euros, dont 2.3 pour la France, allouée au financement de projets dans toute l’Europe.
  • L’ AMP (Accelerated Mobile Pages) : ce format permet un affichage plus rapide sur le mobile en utilisant moins de données. Son but: éviter de perdre des internautes à cause de chargement trop long des pages sur mobile.
  • Projet Shield : un bouclier pour protéger les sites d’information contre les attaques par déni de service (DDoS), inquiétant de plus en plus les sites de presse notamment.

Pourtant, ces annonces ont été occultées par un chiffre : 1,6 milliard d’impôts réclamés au moteur par les agents du fisc de Bercy. En effet, l’administration fiscale française demande cette somme à Google au titre des arriérés d’impôts.

Ardoise fiscale: 70% de parts d’audience pour les messages consacrés à la visite du PDG de Google tous medias web confondus

Lorsque l’on analyse les messages et articles consacrés à la visite du dirigeant, c’est sans appel : l’ardoise fiscale obtient 70% de parts d’audience sur tous les medias web et sociaux devant les autres sujets les plus populaires : APM, DNI ou Project Shield.

70% de part de voix pour Google et le fisc français devant les annonces du PDG
70% de parts d’audience pour Google et le fisc français devant les annonces du PDG (85% sur Twitter)

Pourquoi ce chiffre est sorti le jour de la visite du PDG ?

A Bercy, on se défend d’une embuscade tendue au dirigeant de Google et l’on parle d’un concours de circonstances. En effet, le chiffre de 1,6 milliard est connu depuis de long mois,  ce n’est pas un scoop. Mais, le matin du mercredi 24, Bercy évoque la réunion du G20 de Shanghai les 25 et 26 février, et son projet de lutte contre “l’érosion de la base d’imposition de l’OCDE et transfert de bénéfices”. C’est à cette occasion que les fiscalistes de Bercy  ont voulu illustrer cette lutte par un exemple emblématique : l’ardoise réclamée en France au moteur de recherche.

Une communication du PDG complètement occultée par le “1,6 milliard”

Si ce chiffre est ancien, et a été révélé par le Canard Enchaine dès 2013 puis repris en 2014, sa “nouvelle sortie” a complètement occulté dans la presse les sujets évoqués par le PDG de Google : un comble lorsque l’on sait que c’est d’abord aux médias qu’il s’adressait et et que ses annonces concernaient d’abord cette profession.

Sur les sites de news comme sur le web social, peu de messages et articles sur la cofnéfrence sont déconnectés du "fisc". Ci-dessus, les groupes de conversations sur Facebook
Sur les sites de news comme sur le web social, peu de messages et d’articles sur la conférence sont déconnectés du “fisc”. Ci-dessus, les groupes de conversations sur Facebook

Pourquoi le sujet fiscal supplante les autres annonces ?

On peut imaginer 5 causes essentielles qui ont fait que ces annonces on été “oubliées” au profit de la dette fiscale :
– parce que le sujet choque, interpelle et qu’il est à la mode : récemment, le fisc britannique comme les politiques français s’en sont pris eux aussi à Google mais aussi à Amazon.
– parce que ce nouveau PDG de Google est encore peu connu, bien moins que les cofondateurs Sergey Brin ou Larry page, ou même le précédent PDG Eric Schmidt. Sundar a été nommé en août 2015, il devient alors  le nouveau PDG de Google à la suite de la restructuration de l’entreprise et la création de la nouvelle société Alphabet. Mais cet ancien n°2 de Larry Page n’a pas encore une forte notoriété en France. La couverture de l’annonce de  la nouvelle organisation de Google en août a fait la part belle à l’organigramme du groupe et à l’optimisation fiscale induite (encore) plus qu’à la nomination de Sundar Pichai.
– parce que les annonces concernaient des nouveautés déjà connus et n’ont pas amené de scoop.
– parce que la visite a été très courte, et qu’il  était difficile d’approfondir le sujet plus sereinement.
– parce que les médias français n’aiment pas dire “merci” à une multinationale américaine et préfère titrer sur des sujets vendeurs 😉

 

Les articles et messages les plus partagés sur la visite du PDG: ils titrent sur le fisc, pas les annonces
Les articles et messages les plus partagés sur la visite du PDG: ils titrent sur le fisc, pas les annonces du dirigeant

Si sur Twitter, les parts d’audience des messages relatant l’ardoise de 1,6 milliard atteignent les 85% sur la totalité des messages liés à la visite, c’est pourtant sur ce même réseau que l’on peut trouver des infos exclusivement consacrées aux sujets de la conférence, en plus des articles des médias spécialisés high-tech qui, eux, ont détaillé l’ensemble des annonces du PDG.

Un tweet conscacrée à la conférence à SciencesPO
Un tweet consacré à la conférence à Sciences Po


Intéressé par le monitoring et l’analyse des réseaux sociaux ? Testez gratuitement Digimind Social !

Je teste gratuitement Digimind Social !

Laisser un commentaire