Bad Buzz Monoprix – SDF : d’un simple tweet à la presse nationale

Ou quand le petit buzz devient une sorte de marronnier de la presse web….

Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible (définition Wikipedia)

screenshot-social digimind com 2014-07-11 15-08-37tags

Si les (bad) buzz de marques ou de personnalités ne sont, par définition, pas prévisibles, on peut penser qu’ils deviennent  peu à peu une rubrique récurrente que certains médias web vont utiliser pour “meubler une période creuse”  (comme les vacances d’été). Mais tout n’est pas aussi simple. La nature et le thème du buzz compte pour beaucoup.

Ainsi, le buzz Monoprix de juillet est repris par quelques sites web d’information et d’actualités. Étonnamment. Car ce petit buzz, au moment de l’écriture de ce billet, totalise 1540 mentions et est loin de résonner comme un buzz Nestlé-KitKat/Greeenpeace par exemple. Quantitativement du moins.

Rappel des faits  (petit analyse via notre outil Digimind Social) :

Le 8 juillet après-midi, une internaute de Reims  tweeteChez Monoprix, la direction a laisse un message comme quoi il fallait arrêter de donner de l’argent aux sdf pcq après ils volent !

screenshot-twitter com 2014-07-11 13-47-14reims1

Mais c’est un autre message, quelques heures plus tard qui enclenche le bourdonnement :  un journaliste  de France 3 prend en photo une affiche placardée dans le Monoprix du centre ville de Reims :

screenshot-twitter com 2014-07-11 14-19-160

Le lendemain, l’enseigne répond via un communiqué et via Twitter : “Nous partageons votre indignation et ne pouvons tolérer de telles communications. Cette affiche a immédiatement été retirée”.

Le 8 juillet, 8 tweets, le 9 juillet 154 tweets et 120 retweets avant 14H. Et puis à 14h07 sur Rue89 : “Un Monoprix a demandé à ses clients de ne plus rien donner aux SDF à cause de « l’insécurité »”

Aussi, à 14h50 sur LeFigaro : “Selon Rue89, un Monoprix situé à côté de la mairie de Reims a affiché hier sur ses caisses un texte demandant d’éviter “de donner de l’argent et/ou de faire des courses” aux SDF installés non loin du magasin. “.

C’est parti… l’info fait le tour des sites de PQR, PQN et news magazines (L’Express, Le NouvelObs, Le Parisien, Metro, par exemple).

Un “pic” (tout est relatif) est atteint le 9 juillet en soirée quand le compte Twitter  de la journaliste  @maudvallereau publie et relaie sa news sur Metronews.

screenshot-social digimind com 2014-07-11 14-26-58coubes
Evolution du buzz du 8 au 11 juillet (via DigimindSocial)

Avant l’article de Rue89, les mentions se limitent à des tweets et ne représentent une audience potentielle (un lectorat) “que” de 50000 internautes. Le 9 juillet, à 16H00, après l’article dans Rue89 et plusieurs reprises dans la presse web, l’audience potentielle est déjà de 7 millions d’internautes pour atteindre 15 millions au global sur la période.

screenshot-social digimind com 2014-07-11 15-08-11audience2

Pourquoi une telle info suscite-t-elle des articles dans la presse nationale ? (il ne s’agit pas ici de minimiser la gravité des faits montrés du doigt), pourquoi Rue89 reprend une information à partir de quelques centaines de tweets ? Pourquoi celle-ci et pas une autre ? Quelques tentatives d’explication:

Dans tous les cas, pour la marque, cela signifie que quelques (centaines) de tweets sont potentiellement initiateur d’un buzz, en fonction de la sensibilité des internautes au sujet, de la période et des canaux de remontée de l’information (image, journaliste). On touche par ailleurs ici l’un des facteurs de réputation les plus difficiles à “gérer” : la prise de parole de salariés, franchisés, adhérents….d’un groupe au sein d’un établissement régional : quelque soit le processus ou les outils utilisés, l’une des clés reste, en amont, la formation, la sensibilisation et l’élaboration de chartes d’expression en public pour les employés et les cadres.

Toutefois, une surveillance des médias sociaux en mode crise avec analyse des métadonnées (nombre de followers, bio) et analyse des pics peut aider dans la prise de conscience de la montée du buzz.

Abonnez-vous au blog fr.
Blog Digimind France

A propos de Digimind :

Digimind est  leader des logiciels de veille, e-réputation et  social media monitoring.
Présent sur quatre continents, Digimind bénéficie d’une expérience de plus de 15 ans dans la veille, le social media monitoring et l’e-réputation. Via sa connaissance du marché du logiciel et de l’innovation, Digimind a développé une technologie puissante, facilitant l’analyse, l’écoute du web et le marketing d’influence pour des centaines d’entreprises dans le monde.

Suivez-nous via nos actualités, sur Facebook, Slideshare et Twitter !
Feed Facebook slideshare-blueTwitter

 

Téléchargez nos ressources gratuites !

Christophe Asselin
Christophe est Evangeliste et Content Specialist @ Digimind. Fan du web depuis Compuserve, Netscape, Altavista, Ecila et les modems 28k, de l'e-réputation depuis 2007, il aime discuter et écrire sur les internets, les marques, les usages et les bonnes pratiques.

1 COMMENT

Laisser un commentaire