Quel est le pouvoir du hashtag  sur les réseaux sociaux ? Je me souviens qu’en 2009, alors que je faisais mes premières incursions sur Twitter, je m’étais interrogée sur la signification et le rôle de tous ces # qui apparaissaient devant certains mots. On ne se moque pas : c’était tout nouveau à l’époque, et je n’étais sans doute pas la seule à ignorer que cela s’appelait un hashtag ! Et puis, j’ai appris, comme tout le monde, que le # servait à « thématiser les conversations » et donc à les indexer. Et comme un mot précédé d’un # devient automatiquement un hyperlien, cela simplifie singulièrement les recherches.
8 ans plus tard, je me demande vraiment comment les social marketers et les community manager s’y retrouveraient si les hashtags disparaissaient des grands réseaux sociaux. Je dis bien réseaux sociaux au pluriel parce que, après Twitter, le hashtag a débarqué sur Facebook et LinkedIn en 2013 et qu’il est incontournable sur Instagram et Pinterest. Cette généralisation et le fort taux d’adoption du hashtag par les socionautes permettent aux marques de disposer d’un formidable outil d’action, de référencement et surtout de veille.
Juste un petit rappel avant de vous parler de l’utilité des hashtags pour votre veille sociale :

Vos hashtags vous rendent plus visibles

C’est la première chose à avoir en tête : sans hashtag, vos publications, surtout sur Instagram et Twitter, sont en quelque sorte orphelines et passent sous les radars d’une grande partie de vos cibles – prospects, clients, médias, influenceurs… Elles ne sont vues que par ceux qui vous connaissent et vous suivent déjà ou qui parcourent vos timeline… C’est un peu limité et cela ne fait pas beaucoup progresser vos scores d’engagement.

En revanche, si vous ajoutez un ou deux hashtags bien choisis à vos tweets, ce que vous annoncez ou partagez prend du relief et sort du lot, ne serait-ce que visuellement. Surtout, pourvus de hashtags, vos tweets se rattachent automatiquement à un corpus préexistant, et deviennent de ce fait immédiatement visibles pour tous ceux qui s’intéressent à votre sujet, mais qui ne vous connaissait pas plus que vous ne les connaissez. Vous y gagnez potentiellement de nouveaux followers, et comme le rappelle cette infographie, deux fois plus d’engagements. Attention, j’en profite pour vous rappeler que les tweets hérissés de hashtags engagent beaucoup moins que ceux qui n’en contiennent qu’un ou deux. Sur Instagram, si vous voulez sortir de la masse, vous pouvez au contraire multiplier les #.

Les hashtags sont les piliers de votre veille sociale

Sur chaque réseau social, ou de préférence de manière consolidée dans un outil de veille, vous pouvez suivre à la loupe et en temps réel tous les hashtags qui vous intéressent : ceux que vous créez dans le cadre de vos campagnes ou de vos événements, ceux qui sont naturellement associés à votre marque et à vos produits, ceux qui correspondent à vos objectifs de conquête d’audience ou de gain d’influence…
Je ne vais pas vous expliquer comment mettre en place votre veille (cela dépend énormément des outils que vous avez à votre disposition), mais voici une petite liste (absolument pas exhaustive et pas du tout hiérarchisée) de ce que cette surveillance active des hashtags peut vous permettre de faire.

Identifier des influenceurs et des lanceurs de tendances.

A peu près sur tous les sujets imaginables, chaque réseau social a ses stars et ses « activistes », suivis par des myriades de gens. Certains twittos vous simplifient la vie en mentionnant, dans leur profil, leurs sujets de prédilection sous forme de hashtag. Plus largement, en repérant les hashtags des influenceurs et en utilisant à votre tour ceux qui marchent le mieux (à condition qu’ils soient pertinents pour vous), vous prenez pied dans leur communauté et vous pouvez plus facilement engager avec eux un dialogue, voire une collaboration.

Pouvoir du hashtag : Depuis quelques années déjà, le hashtag est repris dans la vie réelle, sur les magasins ou les salons afin de fédérer les consommateurs internautes
Depuis quelques années déjà, le hashtag est repris dans la vie réelle, sur les magasins ou les salons afin de fédérer les consommateurs internautes

Savoir de quoi parlent vos concurrents.

Je me doute que vous suivez déjà attentivement vos principaux concurrents sur les réseaux sociaux. Mais si vous intégrez dans votre dashboard les hashtags qu’ils mettent en avant, vous pouvez affiner votre propre stratégie : soit en leur emboîtant le pas sur des hashtags génériques, soit au contraire en choisissant des hashtags qui vous différencient.

Comparer la performance de vos hashtags sur les différents réseaux.

Le pouvoir du hashtag dépend des réseaux sociaux. Le hashtag qui cartonne sur Facebook ne marche pas forcément sur Twitter et encore moins sur LinkedIn. Si vous les surveillez simultanément sur tous vos Réseaux Sociaux, vous pouvez rectifier le tir en fonction des volumes de reprise et des scores d’engagement qu’ils génèrent.

Surfer sur les Trending Topics.

Pourquoi vous priver de communiquer sur les sujets qui visiblement intéressent tout le monde à l’instant « t » ? L’essentiel est de le faire à bon escient et pas juste en ajoutant un hashtag en TT à des posts qui n’ont rien à voir avec le sujet. L’opportunisme à ses limites : si votre marque n’a rien de pertinent à dire sur #LeVraiMacron ou sur #InnovationSécuritéroutière (ce qui est hautement probable), surtout ne vous forcez pas. Certains se sont mordus les doigts d’avoir utilisé le très sensible #jeSuisCharlie à contre-emploi…

Pouvoir du hashtag : Un outil de veille permet d'explorer tout l’écosystème des hashtags autour d'une tendance, d'un événement. Ici, les hashtags utilisés autour des résolutions de début d'année.
Un outil de veille permet d’explorer tout l’écosystème des hashtags autour d’une tendance, d’un événement. Ici, les hashtags utilisés autour des résolutions de début d’année.

Exploiter la longue traîne.

Sur les réseaux sociaux, on vit dans le temps court, pour ne pas dire très court. Typiquement, les hashtags que vous créez pour fédérer l’audience de vos événements ou d’une campagne tombent très vite dans l’oubli. Mais comme tout le monde fait des recherches à partir des hashtags, certains réapparaissent, suite à un retweet par exemple. Ils peuvent ainsi connaître une deuxième ou une troisième vie. Si vous les gardez à l’œil, dans votre tableau de bord, vous pouvez profiter de ces rebonds pour republier des choses se rapportant à ce sujet ou à cet événement.

Il y a sans doute une multitude d’autres choses utiles rendues possibles par ce seul petit signe #. Et vous, quel usage en faites-vous ? Racontez-moi vite !

New Call-to-action

1 COMMENT

  1. Quelques éléments de réflexion supplémentaires.

    En 2015 et 2016, deux études (quantitatives) contredisaient l’intérêt des hashtags pour gagner en engagement. Concernant Twitter, les meilleurs taux d’engagement concernaient les tweets… sans hashtag.
    – Are Hashtags Overrated And Overused? The Surprising Effect Of Social Media #’s : https://locowise.com/blog/are-hashtags-overrated-and-overused-the-surprising-effect-of-social-media-hashtags
    – We looked at 137,052 tweets and learned hashtags were worthless : https://thenextweb.com/socialmedia/2016/08/31/looked-137052-tweets-learned-hashtags-worthless/

    Il n’y a malheureusement pas eu, à ma connaissance, d’étude qualitative qui pointe du doigt l’importance du choix des hashtags dans le niveau d’engagement ! Donc les réflexions suivantes ne traduisent qu’un sentiment personnel.

    Il m’apparaît fondamental d’observer ou d’explorer avec soin la “communauté d’intérêt” que l’on souhaite “rejoindre” grâce à nos tweets. Quels hashtags ou quels mots/expressions sont les plus fréquemment utilisés par les tenants de cette communauté ?

    Quand il s’agit d’événements ou d’émissions radio/télé, les communautés se sont souvent rangés au hashtag promu par son organisateur. #ONPC, #DPDA, #PBLV… font autorité.

    Les communautés d’intérêt accèdent parfois à un consensus. C’est le cas par exemple des amateurs de football qui signalent la plupart du temps les matchs de football par la concaténation des trois lettres désignant l’équipe qui reçoit suivie par les trois lettres de celle reçue.
    Codes utilisés par Reuters : https://liaison.reuters.com/tools/sports-team-codes

    Pour d’autres événements, c’est plus compliqué. Apparu tardivement sur Twitter, le Tour de France n’a pas réussi à fédérer sa communauté d’intérêt autour de #TDF puis de #TDF2017 (pour cette année bien sûr). Les américains ont, de longue date, préféré #TourDeFrance.

    Bref, quand plusieurs hashtags cohabitent, il faudra parfois en utiliser plusieurs afin d’être visible par une large portion de la communauté d’intérêt.

    Pour trouver les bons hashtags, il faudra donc effectuer une recherche patiente sur les comptes qui font autorité dans le domaine que l’on souhaite investir pour chercher ceux qu’ils utilisent (quand ils en utilisent). A force d’expérience, il sera aussi utile de faire confiance à notre intuition pour tester tel ou tel hashtag pour voir s’il est abondamment utilisé par notre communauté d’intérêt (en croisant le volume des tweets et la réputation des comptes qui l’utilisent).

    De plus, les hashtags peuvent évoluer dans le temps. De mémoire, lors des attentats de Paris, les premiers hashtags français utilisés furent #attentats, jusqu’à ce que la presse anglo-saxonne “s’empare” de l’actualité. Sans doute pour attirer un lectorat international, la presse française a alors utilisé #ParisAttacks.

    Le problème se complique lorsqu’il s’agit de mettre en place une veille !

    Certaines comptes réputés n’utilisent pratiquement jamais de hashtags. C’est le cas par exemple des quotidiens Le Monde, Le Figaro ou L’Équipe. Les hashtags ne sont employés que très modérément, lorsque l’information prend une dimension nationale ou internationale.

    Des “sommités”, soit parce qu’elles ne maîtrisent pas la logique des hashtags, soit parce qu’elle en ont cure, n’utilisent pas les hashtags.

    Lors d’une veille, il ne faudra donc pas se limiter aux hashtags “officiels” ou “dominants”. Par exemple, se limiter à une veille sur #IntelligenceEconomique laissera sur le bord du chemin des tweets intéressants utilisant #IE ou simplement “intelligence économique”. D’où l’importance d’une requête de type

    IntelligenceEconomique OR #IE OR “intelligence économique” lang:fr -RT

    lang:fr permet de supprimer des tweets non-français utilisant #IE”

    -RT permet de supprimer les retweets.

Laisser un commentaire