Dans une ère où 92% des foyers français ont au moins un écran internet (source Médiamétrie), les usages sociaux se voient bouleversés, du fait notamment des scandales qui éclatent dernièrement comme celui du Cambridge Analytica. L’usage des médias sociaux en France est aujourd’hui redéfini selon l’étude annuelle Social Life 2018 de Harris Interactive. Cette enquête, réalisée sur le mois de février 2018, se base sur 2138 personnes, âgées de plus de 15 ans.

Une perspective globale :  

L’étude souligne un usage soutenu des médias sociaux de la part des internautes puisque sur ces 30 derniers jours, 80% des utilisateurs ont été actifs sur un média social. Harris Interactive découpe son analyse des médias sociaux en deux temps ; les réseaux sociaux puis les applications de messagerie. D’après l’étude, 75% des utilisateurs ont été actifs sur les réseaux sociaux au cours des 30 derniers jours, un chiffre en baisse d’un point par rapport au baromètre 2017. En revanche, on souligne une progression sur les applications de messagerie avec 60% des utilisateurs actifs (30 derniers jours), soit une augmentation de 4 points depuis 2017.

On note également l’émergence d’un gap entre les différentes mentalités des internautes. D’un côté, on constate une certaine addiction aux médias sociaux, en effet 1 Millennial sur 2 avoue souffrir du syndrome “Fear of Mining Out” c’est-à-dire la peur de louper quelque chose en ne se connectant pas aux réseaux sociaux. De l’autre, des inquiétudes émergent concernant le stockage de données personnelles de la part des médias sociaux. Aujourd’hui, 83% des socionautes estiment que les réseaux sociaux ont une place trop importante dans leur vie quotidienne. Ces sentiments partagés accompagnent un changement d’utilisation des médias sociaux.

Une utilisation des médias sociaux en mouvement :

Utilisation des médias sociaux par les internautes_Harris Interactive (Social Life 2018)
Baromètre annuel des médias sociaux en France en 2018 – Source : Harris Interactive

Avec ces 2 milliards d’utilisateurs, Facebook reste la plate-forme numéro 1 utilisée par les internautes. Cependant on observe qu’en 2018, 45% des internautes ont une utilisation quotidienne du média social contre 48% en 2017, soit une baisse de 3 points en un an. Facebook n’est pas le seul média social dans ce cas là, en 2018, 21% des internautes ont utilisé la plate forme Twitter ces 30 derniers jours ; une baisse de 3 points par rapport à février 2017. Parallèlement, les applications de messagerie prennent du galon. On remarque pour Messenger (application de messagerie de Facebook) 60% d’internautes actifs (30 derniers jours), soit une augmentation de 4 point depuis 2017. Il en est de même avec WhatsApp (racheté par Facebook 2014) avec 24% d’internautes actifs (30 derniers jours) en 2018 (24% en 2017). Il est à noter qu’on retrouve dans le top 5 des plates-formes sociales, Facebook (en première position), Messenger (en deuxième position) et WhatsApp (en quatrième position), trois entités du même groupe, ce qui conforte la position de leader de Mark Zuckerberg sur le secteur des médias sociaux.

Les marques dans l’ère des médias sociaux :

Sur les médias sociaux, la présence des marques reste indispensable. En effet, 56% des Millennials trouvent important de pouvoir contacter les marques sur messagerie. Parmi eux, un tiers a déjà eu recours à l’utilisation de chatbox post achat. De façon générale, 34% des utilisateurs ont déjà contacté une marque via une messagerie sociale. Pour cela des outils relationnels ont été développés comme les chatbots et dernièrement les chatbots deuxième génération, complexes à mettre en oeuvre mais très prometteurs. On estime que d’ici 2020, 80% des entreprises auront investi dans ces chatbots pour l’interaction client (source Conversationnel). Ces outils permettraient de capter au mieux les intentions clients en analysant les conversations et donc de fournir des réponses plus adaptées. Notons également une évolution dans le format de diffusion du contenu proposé par les marques. Bien que le format texte reste prédominant (utilisé par 78% des socionautes), des formes non verbales apparaissent et augmentent l’engagement. Photos, vidéos, Gifs, émojis, stories, cette nouvelle forme de communication est de plus en plus adoptée par les marques pour attirer les Millennials, considérés comme des “early adopters” de cette pratique.

L'importance des influenceurs_Harris Interactive (Social Life 2018)
Baromètre annuel des médias sociaux en France en 2018 – Source : Harris Interactive

Dans la continuité de la promotion des marques sur les médias sociaux, les influenceurs ont un rôle important. 30% des internautes suivent un influenceur. Chez les Millennials, ce phénomène est encore plus important dans la mesure où 54% d’entre eux suivent un influenceur et 37% de ces 15-35 ans ont déjà acheté un produit ou service après recommandation de ces leaders d’influence.

Quel avenir pour les médias sociaux ?

En prolongement de ces changements constatés en 2018, Harris Interactive pose la question du futur des médias sociaux. L’étude envisage 10 scénarios possible pour 2028 :

  • un réseau social unique
  • le 100% vocal
  • la centralisation des fonctionnalités du quotidien
  • la réalité virtuelle
  • le 100% éphémère
  • le zéro pub
  • la notation des individus
  • la bienveillance en ligne
  • le 100% vidéo
  • la disparition totale des réseaux sociaux.

Autant de pistes qui méritent réflexion et analyse. L’étude 2018 sur l’utilisation des médias sociaux d’Harris ainsi qu’un recul et une observation attentive suite aux différents scandales qui éclatent (comme le scandale Cambridge Analytica cité en début d’article) nous permettront de confirmer ou de réfuter certaines de ces prédictions.

New Call-to-action

Emilie Virfollet
S'intéressant au social media et aux nouvelles tendances d'e-marketing, Emilie scrute et analyse internet et les réseaux sociaux dans le but de trouver des stratégies digitales innovantes pour les entreprises.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.