Le 6 novembre 2014 s’est tenue la 3e Journée de La Banque Postale dédiée aux Objets Connectés, un sujet passionnant à discuter entre amis et surtout pour se montrer plus au courant que ses compères. Pour briller en société, Digimind vous offre la possibilité d’impressionner vos interlocuteurs en introduisant quelques « pépites », et ce à 10 reprises. Merci La Banque Postale !

1) Twitter, un ami qui nous veut du bien

Twitter présente de nombreuses vertus qui tendent à être de plus en plus optimisées. Le live-tweet est un excellent moyen de gagner en attention et de s’approprier les paroles d’un orateur. La meilleure démonstration demeure le live tweet #LBPlive lui-même. Avec plus de 2500 tweets (6e en TT au mieux de la journée), téléphone en main, les auditeurs sont attentifs aux propos des intervenants afin de les retranscrire en 140 caractères. De même, live-twitter pour ne pas perdre le fil en cours. L’ensemble de la classe s’y met, pianote pendant toute la durée des conférences, et le fil de tweets fait office de supports de révisions. Plus largement, Twitter est une immense source de données qui restent à exploiter, notamment sur les twittos eux-mêmes. Il est désormais possible de détecter Parkinson à la façon dont vous tapez sur votre clavier !

TT 7 novembre

2)  « Comme ils disent », la websérie qui sait de quoi on parle

Très drôle, cette websérie d’une quinzaine d’épisodes réalisée par la Banque Postale a fait le buzz sur Youtube avec près de 6 millions de vues. Les vidéos mettent en scène nos dialogues dans des situations quotidiennes comme sur la route ou la vie de couple, le tout à peine caricaturé. Dans la même lignée que « Bref », « Comme ils disent » est à voir !

3) Chut, « les toilettes sont libres »

Plus les objets sont connectés et plus ils sont bavards ! Une vraie cacophonie : « le thé est prêt », « la batterie est chargée »… Les technologies ne doivent pas nous interrompre dans notre quotidien, mais nous aider. Il est donc temps de faire taire nos objets connectés et de les muter en « calm technologies » (Mark Weiser and John Seely Brown), des technologies moins agressives. La transmission d’informations est plus apaisante grâce à une simple tonalité, une luminosité ou un sigle, à l’instar de la signalétique des toilettes libres dans l’avion : un pictogramme qui s’allume, sans bruit.

4) Googlizza : au menu, les dérives des objets connectés

Cette nouvelle de science-fiction rapporte la commande d’une pizza par un client auprès de Googlizza, le géant de la restauration dans le futur. Grâce aux nouvelles technologies, la standardiste a accès au dossier médical du client ainsi qu’à ses pratiques et son historique alimentaires. Soucieuse de sa santé, elle lui refuse successivement tout ce qu’il aimerait manger mais qui ne serait pas sain pour lui. Cet extrait met en avant les dérives des objets connectés qui peuvent manger nos libertés individuelles.

5) « The Sex Profile » : le préservatif qui vous fait un rapport

L’association suédoise LAFA de lutte contre le SIDA a créé le premier préservatif connecté afin d’inciter les jeunes à le porter. A l’aide du flash code scanné par le téléphone, il permet de récupérer les données (rythme, sons, et temps) de la « performance », d’en créer des graphiques et de déterminer les profils des deux partenaires. Déjà près de 6 000 graphiques sont nés !

 

sex profile

 

6) L’économie P2P : donner, partager et prendre avec philosophie

Make Sense, Kiss Kiss Bank Bank, Blablacar, Landing Club, Couchsurfing, Wikipedia ….sont les acteurs d’une communauté mondiale qui se retrouve grâce aux nouvelles technologies et qui participe à l’économie du peer-to-peer. Cette dernière couvre à la fois l’économie du don et l’économie collaborative. Elles transcrivent toutes deux une tendance ambiante à partager. Plus qu’une économie, c’est une philosophie dont le précepte est « l’usage prime sur la propriété » (Vincent Ricodreau, co-fondateur de Kiss Kiss Bank Bank). Pourquoi ne pas mettre à disposition de manière payante ou non ce que je n’utilise pas à ce moment précis ? Ma voiture, mon appartement, … Cette nouvelle philosophie est donc à l’origine de ces nouveaux business model qui se veulent rentables et se présentent comme une alternative au capitalisme traditionnel. Ni économie marchande, ni économie du gratuit, c’est l’économie du partage. Vous pourrez donc bientôt louer les voitures jaunes de la Poste lorsque la distribution du courrier sera finie !

7) Talk to pay : la nouvelle innovation de la Banque Postale qui ouvre la voie

En exclusivité, la Banque Postale nous a révélé sa dernière innovation : « Talk to Pay », un plugin d’identification qui se veut en rupture totale avec toutes les cases à remplir par des quantités de chiffres lors d’un achat sur internet. La reconnaissance se fait par la voix, et tous les champs se remplissent automatiquement. 90% des utilisateurs qui l’ont testé en sont satisfaits. En cas de transaction refusée, un conseiller vous appelle.

8) La téléprésence : toujours prêt à discuter

Un invité surprise rejoint les intervenants : de faux airs de Wall-E, ce robot de « téléprésence »  est celui de Bruno Bonnell, le fondateur de ROBOPOLIS. Depuis Lyon, il prend part à la table ronde qui se tient avec plusieurs invités. En totale immersion, tout y est : l’image, la voix et le mouvement, l’occasion idéale pour un selfie!

selfie

9) L’innovation nourrie à la Beckett

« Déjà essayé, déjà échoué » comme disait Beckett et comme ont repris les intervenants de cette 3e Journée de l’Innovation de La Banque Postale sur les « Objets Connectés ». Il faut être humble face à l’innovation, se tromper ne permet que d’avancer. Même face à l’échec, il faut continuer à avoir confiance pour progresser.

10) Retour vers le futur

Cette journée a été l’occasion de citer des références, parfois très anciennes, démontrant que les objets connectés sont un vieux rêve. Ils ont notamment alimenté la littérature de science-fiction, Bruce sterling a été repris pour ses extraits futuristes. « Lignes d’horizon » de Jacques Attali en 1991 semblait déjà prévoir les smartphones. Plus prémonitoire encore, un document de Culture TV datant de 1947 diffusé au CNAM annonce ces objets connectés.

LBP

 

A propos de Digimind :

Digimind est  leader des logiciels de veille, e-réputation et  social media monitoring.
Présent sur quatre continents, Digimind bénéficie d’une expérience de plus de 15 ans dans la veille, le social media monitoring et l’e-réputation. Via sa connaissance du marché du logiciel et de l’innovation, Digimind a développé une technologie puissante, facilitant l’analyse, l’écoute du web et le marketing d’influence pour des centaines d’entreprises dans le monde.

Suivez-nous via nos actualités, sur Facebook, Slideshare et Twitter !
Feed Facebook slideshare-blueTwitter

 

Téléchargez nos ressources gratuites !

 

Jerome Maisch

Marketing Manager @digimindci. Passionate about big data & social marketing. Photography, music and hiking lover

Laisser un commentaire